Accueil » Tous les articles » Alti-guide » Où commencent les Alpes du Sud ?

Où commencent les Alpes du Sud ?

Les Alpes du Sud sont sensiblement la partie méridionale des Alpes françaises correspondant au bassin versant de la Durance, de la Drôme et du Var. Il s’agit principalement d’une distinction paysagère et climatique, correspondant à un meilleur ensoleillement et une sécheresse plus prononcée. Si la limite Alpes du Nord – Alpes du Sud a tendance à varier selon les auteurs, ces dernières couvrent souvent la quasi-totalité des montagnes des Hautes-Alpes, et la totalité de celles des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, du Var et du Vaucluse, ainsi que le sud de la Drôme (Baronnies).

Les principaux points de passage entre Alpes du Nord et Alpes du Sud sont les cols du Rousset, de Lus la Croix Haute, le col Bayard et le col du Galibier. À quelques kilomètres d’écart, le contraste est parfois frappant entre un versant et l’autre de ces points. Pour autant, dans le Champsaur et le Valgaudemar, cette limite est moins nette, le relief étant plus ouvert et moins contraignant.

La Carte de la limite Alpes du Nord – Alpes du Sud

Sur la carte ci-dessous, nous avons tracé la limite Alpes du Nord – Alpes du Sud telle qu’elle est communément admise. Cette limite étant conceptuelle, elle ne fait pas nécessairement l’objet d’un parfait consensus. Dans le temps et selon les hauteurs, elle aura varié selon que l’on prend des considérations météorologiques, floristiques ou hydrologiques. La conception la plus communément admise consiste à suivre les bassins hydrologiques de la Durance d’un côté et de l’Isère de l’autre. Cette configuration place toutefois les massifs haut-alpins du Valgaudemar et du Dévoluy dans les Alpes du Nord.

D’autres suivent donc les limites départementales pour les inclure dans les Alpes du Sud. Enfin, nous avons schématisé une ligne d’influences méditerranéennes lors des flux de sud allant jusqu’au Vercors, la Chartreuse et la Tarentaise. Entre cette limite nord et la ligne de partage des eaux au sud, on se trouve dans la zone de transition entre Alpes du Nord et Alpes du Sud.

Effets de seuils

Si entre Valence et Avignon, le changement de temps et de paysage n’a pas lieu en une ligne nette, en montagne, il est parfois plus franc. Ainsi, on remarque clairement une franche différence entre le Vercors et le Diois, ainsi qu’en passant le col de Lus-la-Croix-Haute. Côté hautes vallées, le passage du Galibier réserve parfois de belles éclaircies dès l’arrivée dans le Briançonnais. Ces effets de seuils sont toutefois moins francs vers le col Bayard où les reliefs sont moins contraignants.

Ces effets de seuils sont liés à deux phénomènes : l’influence méditerranéenne dans les basses vallées d’une part et à la situation d’abris des hautes vallées intérieures (Maurienne et Briançonnais notamment). Il est ainsi fréquent lors des flux d’ouest que la Haute Tarentaise, la Haute-Maurienne et la totalité des Hautes Alpes restent au sec lors de passages perturbés d’ouest, littéralement stoppés par les Alpes. Également, les phénomènes de mers de nuages sont beaucoup moins fréquents dans les vallées internes et dans les Alpes du Sud. Ces blocages sont d’ailleurs plus prégnants en hiver qu’en été comme on le voit sur les cartes et images ci-dessous (source : Météociel).

Toutefois, au cours du XXe siècle, la limite Alpes du Nord et Alpes du Sud a relativement évolué chez les scientifiques. En 1926, E. Bénévent, géographe originaire des Hautes Alpes inclura dans les Alpes du Sud tout le Champsaur et le Dévoluy. Plus tard, l’influent Raoul Blanchard situera la limite aux bassins versants de la Durance et du Drac, soit au col Bayard. En 1980, le météorologue H. Voiron travaille sur la limite méridionale des influences méditerranéennes. Ces dernières remontent là où le foehn est actif : Tarentaise, Maurienne, nord de Belledone, Grésivaudan, Vercors et Chartreuse. C’est d’ailleurs dans ces secteurs que des chutes de neige ont lieu lors des épisodes méditerranéens.

On pourrait donc en conclure que plus qu’une ligne nette, la limite Alpes du Nord, Alpes du Sud correspond à une zone de transition plus ou moins large. Notons aussi que les Alpes du Sud sont caractérisées par deux climats : un climat montagnard d’abris dans les Hautes-Alpes et un climat méditerranéen en aval de Sisteron.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page