Mieux comprendre l’architecture du Club Med des Arcs – Rencontre avec Christian Plateau, son architecte

Depuis près de 30 ans, l’architecture des stations de sport d’hiver se concentre sur un style néo-régionaliste. Des “chalets” de 4 à 6 étages est devenu la norme de construction des résidences et hôtels. Depuis deux ans, un peu à contre-courant, le Club Med, en construisant des “resorts” de près de 1 000 lits, impose un style architectural nouveau, plutôt dans son temps, tout en tentant de s’intégrer aux lieux et à la topographie. On l’a vu l’an passé à Samoëns, avec des bâtiments intégrés à la pente, puis cette année aux Arcs. Nous avons rencontré Christian Plateau, architecte du Club Med des Arcs pour comprendre sa vision et ses intentions architecturales.

Quel est votre rapport à la montagne ?

Jeune architecte, ma première expérience a été de travailler pour un cabinet spécialisé dans l’architecture de montagne. J’ai travaillé sur des sites comme Valmorel ou La Plagne pendant deux ans lors des Jeux Olympiques d’Albertville. J’ai ainsi pu apprendre et me perfectionner sur l’architecture de montagne. J’y ai pris goût et voulu continuer dans ce secteur (entre autres). Ils faisaient essentiellement du néo-régionalisme, pour ma part, je m’intéresse plus à l’architecture de notre temps, mon souhait premier est que l’on puisse identifier un bâtiment  à son époque.

L’architecture du nouveau Club interroge. Un côté « paquebot des neiges » comme dans les années 60, de nombreux étages, un bâtiment très imposant… Comment avez-vous conçu ce bâtiment?

Nous avons voulu que ce bâtiment soit implanté au mieux sur le site. L’objectif n’était pas de le noyer dans la végétation, mais de faire un signal un peu fort en montagne. Pour le concevoir, nous avons repris le profil de la montagne et en particulier ses courbes, afin de redonner une écriture forte et volontaire à l’architecture des Arcs qui est la seule station classée au Patrimoine de l’architecture du XXème siècle.

Sur quelle part du projet avez-vous travaillé?

L’Atelier Cap Architecture (dont je suis le PDG) a travaillé sur la conception générale du projet : création du bâtiment dans sa totalité.

Comment percevez-vous les critiques?

Les critiques ont toujours existé dans l’architecture, je pense notamment à Beaubourg ou la Pyramide du Louvre qui ont été largement décriés. On ne peut pas plaire à tout le monde, les critiques sont recevables et sont aussi preuves que le bâtiment interpelle et qu’il s’inscrit dans une architecture de notre temps. Ne pas reproduire l’architecture du passé est souvent critiquable.

La station des Arcs est atypique dans les Alpes au niveau architecture. Elle porte l’héritage de Guy Rey Millet, de l’atelier d’architecture en montagne et de Charlotte Perriand. Quel rapport votre architecture entretient-elle avec cet héritage ?

Comme signalé avant, l’architecture de cette station est très connotée. Il était important de reprendre cet héritage sur forme et volume. C’est pour cela que l’on retrouve beaucoup de courbes et des toitures en pente qui se rapprochent de l’écriture de Charlotte Perriand, qui a été l’initiatrice de bâtiments contemporains (très contemporains pour l’époque!).

Le Club Med Arcs Panorama refuse ce parti-pris régionaliste, qui avait pourtant été pris lors des constructions de Valmorel et de Val Thorens. Ce choix vient de vous ou du Club Med ?

Le projet a démarré sur un concours d’architecture et le cahier des charges était bien défini, il mentionnait que l’écriture de ce projet devait-être essentiellement contemporaine. Ce choix vient donc de moi, en concertation avec l’équipe d’architectes et design du Club Med.

Le village sera ouvert été comme hiver. Cette volonté affichée d’une exploitation 6 mois par an a-t-elle guidée des choix architecturaux particuliers ?

Nous voulions créer un village pouvant vivre été comme hiver, pour cela, nous avons choisi de réaliser une piscine intérieure et extérieure ou encore des terrasses en forme d’esplanades pouvant proposer des orientations toujours en panorama avec la montagne. (Elles parcourent le bâtiment sur 360°) On peut donc admirer le paysage et en profiter été comme hiver.

Le Club Med est dans une volonté affichée d’ouvrir ou rénover un nouveau Club par an. Est-ce que ce volontarisme met certaines contraintes dans la gestion de projet ? Les démarches de permis sont-elles accélérées ?

En effet. La principale contrainte est la rapidité de l’ouvrage demandée par le Club Med. Sur des délais plus raisonnables, le temps aurait été doublé. Aujourd’hui nous devons produire permis de construire et temps de construction en mode accéléré. Il a donc fallu s’adapter et produire en moitié de temps. L’administration est donc mise à contribution pour pouvoir délivrer le projet dans les meilleurs délais et meilleures conditions.

Combien de temps a-t-il fallu entre la réception du cahier des charges et la pose de la première pierre ?

Il a fallu deux ans entre le démarrage du concours et la pose.

Vous travaillez sur un projet de rénovation du Club Med de l’Alpe d’Huez. Le parti pris est-il le même ? Quelles sont les caractéristiques du projet ?

Le projet de l’Alpe d’Huez est un bâtiment existant que nous allons rénover. Nous allons également créer une extension qui va permettre de doubler la capacité du village. Le parti pris a été le même. Notre confrère ABF de l’Isère nous a demandé de nous inspirer de ce que nous faisions sur le Club Med Arcs Panorama. Ils ont trouvé le bâtiment très contemporain et changeant du régionalisme actuel. Ils nous ont demandé de reprendre les courbes et cette architecture « toute en douceur ».

Le projet de rénovation du Club Med de l’Alpe d’Huez – Atelier Cap Architecture

Pensez-vous les zones de montagne plus hermétiques à l’architecture contemporaine que le reste du territoire ?

Aujourd’hui, en France, il est encore difficile de proposer une architecture contemporaine. C’est l’inverse en Autriche, par exemple. La seule station en France où l’on accepte ce genre de bâtiments est Flaine, où tous les nouveaux projets révèlent une écriture du XXIème siècle.

D’autres projets avec le Club Med à l’avenir ?

Actuellement, nous travaillons des études en montagne et bord de mer, mais il n’y a rien de concret. Nous sommes très concentré sur le projet Alpe d’Huez.
Crédits phot

Recevoir la newsletter d'Alti-MAG

Les derniers articles d’Alti-MAG dans votre boite mail une fois par semaine !

Voir le formulaire d'abonnement

A lire également :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.