Le live d'Alti-MAG

L'actualité loisirs et découverte dans les Alpes, en live et en bref.

On reçoit beaucoup d'infos chez Alti-MAG et tout ne justifie pas un article. On pose içi des infos interressantes en direct et en bref.

Savoie Mont Blanc veut faire voyager ses clients simplement

Savoie Mont Blanc, agence de promotion des départements de la Savoie et de la Haute-Savoie, lancera prochainement son service de réservation de transports « Savoie Mont Blanc Express ».  Cette solution en ligne entend simplifier le choix et la réservation des transports pour venir en station. Sur ce site, les internautes pourront, en une seule recherche, choisir une offre de transport globale la plus écologique possible et de porte-à-porte. Cette solution développée par la startup savoyarde Antidots Interactive affiche en effet les résultats par CO2 émis et permet de réserver dans le même panier son billet de train et son transfert jusqu’à la résidence finale.  Si votre voyage comprend de l’avion, du train et une navette Altibus, un seul paiement sera demandé et 3 billets arriveront dans votre boite mail.

A retrouver courant octobre sur savoiemontblanc-express.com

Alpes Home, le salon de la déco en montagne, débarque à Aix-les-Bains

Alpes Home, le salon spécialisé dans la décoration de montagne, débarque cet hiver à la plage d’Aix à Aix-les-Bains. Après 15 éditions dans plusieurs stations françaises et suisses, ce salon gratuit, avant tout destiné aux propriétaires de biens en stations, posera ses valises à Aix-les-Bains les 2, 3 et 4 décembre 2022. Depuis 2010, les salons Alpes Home ont accueilli, été comme hiver, plus de 55 000 visiteurs professionnels et particuliers dans les plus prestigieuses stations des Alpes : Méribel, Villars-sur-Ollon, Courchevel, Combloux et Les 2 Alpes.

Au programme de l’édition hivernale d’Aix-les-Bains : 2 grands chalets avec leurs pavillons vitrés donnant accès à 1 200 m² d’exposition avec vue sur le lac du Bourget. Comme à son habitude, Alpes Home prendra soin de vos bambins avec un espace qui leur sera entièrement dédié. De nombreuses animations et un programme de conférences liées au tourisme en montagne seront également au programme.

Informations sur www.alpes-home.com.

Voyage à vélo, bivouac, bikepacking, sacoches ou remorques : lecyclo.com se lance dans la location

Boutique en ligne spécialisée dans l’équipement du cycliste, lecyclo.com vient de lancer un site de location d’équipements destinés au voyage en vélo. Packs bivouac, sacoches, roues, remorques, packs bikepacking et sacs de transport sont notamment disponibles. Expédiés directement chez vous comme le font les Petits Montagnes ou Décathlon location, les packs et matériels loués sont ainsi plus écologiques (car plus utilisés) et plus économiques si vous effectuez un séjour court. Face à l’enjeu de la transition écologique, de plus en plus de marques de l’outdoor se mettent à la location pour changer le modèle de consommation vers un modèle plus circulaire.

Voir le site de location du Cyclo.com

Crise énergétique : comment les stations de ski vont ouvrir cet hiver ?

La rumeur est lancée : la renégociation des tarifs d’électricité d’un bon tiers des stations françaises pourrait les pousser à ne pas ouvrir leurs pistes cet hiver. En cause : des tarifs d’électricité multipliés par 4 à 10 en quelques mois. La presse s’est saisie du sujet alors que les instances des stations rencontraient des représentants de l’État cette semaine. À la source de ce bruit médiatique : un article du Dauphiné Libéré et un reportage de France 3 à Villard-de-Lans où les responsables annoncent ne pas pouvoir ouvrir en l’état.

Bien sûr, la situation va évoluer, mais il ne reste pas moins que pour les stations les plus fragiles, cette hausse pourrait être une bonne occasion d’arrêter les pertes. En attendant, comme toutes les autres branches professionnelles, les remontées mécaniques réfléchissaient cette semaine à plusieurs mesures de sobriété énergétique : réduire la vitesse des télésièges, fermer certaines remontées mécaniques aux périodes creuses ou réduire la neige de culture. Très consommatrice d’électricité, cette dernière représente environ 25% de la consommation d’un domaine skiable. Avant la crise, l’électricité et les carburants ne représentaient toutefois que 5% des dépenses d’un domaine skiable. Si ces tarifs sont multipliés par 10, l’énergie grèverait donc 50% des recettes alors même que peu de domaines skiables sont bénéficiaires aujourd’hui.

De notre côté, on pense que la grande majorité des stations devrait bien sûr ouvrir cet hiver, mais le cadre reste largement inconnu : avec ou sans neige de culture ? Avec des horaires réduits ? Avec une hausse des prix conséquente ? Un peu de tout ça sans doute… L’avenir nous le dira.  Après tout, nous ne sommes qu’en septembre.

Pas de ski d’automne cette année ?

Après une année 2022 particulièrement sèche et un été caniculaire, les glaciers alpins sont au plus mal. À Tignes, pour le moment, le ski d’automne (qui ouvrait traditionnellement entre fin septembre et mi-octobre) n’est plus à l’ordre du jour. Sur le site de la station, on peut actuellement lire le message suivant : « Malgré un glacier toujours présent, l’ouverture habituelle de ce dernier pour la pratique du ski d’automne est compromise. En effet, à la suite d’un hiver 2021-2022 n’ayant pas généré un cumul de neige aussi important que les autres années, ainsi qu’un printemps et un été particulièrement chauds, les conditions optimales de bonne pratique et de sécurité ne peuvent pas être garanties sur le glacier de la Grande Motte à date. Une bonne surprise météo peut toutefois être au rendez-vous. Si jamais les conditions d’enneigement évoluaient suffisamment positivement au cours des mois de septembre et d’octobre, l’ouverture d’une partie du domaine de Tignes pourrait être envisagée. »

Aux 2 Alpes, autre destination de ski d’automne, les webcams du glacier ont été désactivées le 5 août. Le glacier est là aussi en mauvais état. La station avait dû fermer les pistes en avance cet été. Pour le moment, si la station n’évoque pas le ski d’automne sur son site, elle annonce l’organisation d’une manche de coupe du monde de snowboard cross et de ski cross du 26 octobre au 5 novembre, dates d’ouverture traditionnelles du ski sur glacier. Seules des chutes de neige précoces en octobre pourraient sauver le ski d’automne aux 2 Alpes comme à Tignes.

Seuls 24% des skieurs changent de station chaque année

24% des skieurs changent de station chaque année, contre 40% pour les partant en montagne l’été. C’est ce qui ressort d’une étude menée par G2A Consulting pour le magasine Montagne Leaders réalisée auprès d’un panel représentatif de la population française. Dans le détail, 18% des skieurs fréquentent la même station depuis plus de 10 ans, 22% depuis 5 à 10 ans et 36% depuis 2 à 5 ans. Même si le ski est une activité onéreuse, cette étude met également en avant le critère prix comme un des premiers leviers de choix de sa station de séjour pour 1/3 des partants. C’est d’abord le prix de l’hébergement qui est discriminant pour 72% des personnes interrogées, puis celui des forfaits (48% des interrogés) et celui du trajet (27% des personnes interrogées).

En montagne, un bilan d’été plutôt bon

Après plusieurs décennies de baisse, la crise du COVID avait donné un coup de fouet à la fréquentation touristique estivale en altitude. Avec le retour des étrangers et un été chaud et sec, l’été 2022 semble au moins confirmer cette tendance, avec, en Savoie et Haute-Savoie, « une fréquentation a minima évaluée en stabilité par rapport à 2021″ selon l’Agence Savoie Mont Blanc. Dans le détail, juillet affiche un taux d’occupation moyen de 55 % et août devrait afficher un taux de 61 %, en progression de 4 à 5 points sur les deux dernières semaines. Le mois de septembre s’annonce quant à lui en stabilité. Les regards se tournent maintenant vers l’hiver et la saison de ski, en espérant que la sécheresse cesse. L’automne en montagne est toujours relativement calme, mis à part sur les rives des lacs et dans les villes. Il est toutefois possible de passer un beau séjour dans les Alpes en septembre, en octobre ou en novembre, dans un cadre calme et apaisant. Cette année, les hôtels réalisent une très belle saison, en progression de 10 points. Même tendance pour les campings des Alpes, en hausse estimée de 7 points cette saison. Les locations de particulier à particulier enregistrent également une belle progression.

Tougnète : un nouveau col cyclable pour les 3 Vallées

Après le col de la Loze, les 3 Vallées continuent d’aménager la Via 3 Vallées, une série d’itinéraires 100% dédiés aux vélos sur le modèle des voies vertes, mais en terriblement difficile. Destinées à devenir les cols les plus durs du Tour de France, ces montées ont lieu sur les pistes du domaine skiable, sur des pentes dignes de pistes de VTT. Avec assistance ou simplement en vélo de route, ce sont des montées dures et exigeantes. On évolue ici en pleine montagne, entre alpages et marmottes, dans des paysages grandioses.

À 2 407 mètres d’altitude, le sommet de Tougnète est le second col de la Via 3 Vallées. La route relie pour le moment les Menuires au col en 6,7 km à 9% de moyenne. Cette pente, déjà forte, cache toutefois des passages à près de 20% et un final de 3 km à 19%, 16% et 15%. Au départ de Brides-les-Bains, la montée totalise 29,8 km pour un dénivelé positif de 1934 mètres. À terme, la Via 3 Vallées devrait permettre de relier l’ensemble des stations des 3 Vallées (Brides-les-Bains, Méribel, Courchevel, Les Menuires et Val Thorens). Pour le moment, seul le col de la Loze relie Courchevel à Méribel.

Fin de saison le 10 juillet pour le ski d’été aux 2 Alpes

Alors que Val-d’Isère n’a pas ouvert son domaine d’été et que Tignes a réduit d’un mois l’ouverture des pistes de son glacier, c’est désormais aux 2 Alpes de fermer ses pistes par anticipation. La commission de sécurité du domaine skiable qui s’est réunie hier a en effet acté la fermeture des pistes pour le 10 juillet. « Il convient de prendre très au sérieux l’événement climatique planétaire que nous connaissons actuellement et de préserver le joyau qu’est notre glacier » précise la station sur son site internet. À ce jour, « les conditions de ski ne respectent plus [les] standards de qualité et de sécurité. »

Orelle ouvre ses télécabines cet été

C’est une première en Maurienne et dans les 3 Vallées. Cet été, les 2 nouvelles télécabines qui relient Orelle à la cime Caron seront ouvertes chaque mardi du 12 juillet au 23 août, de 10h à 16h. Il sera même possible de redescendre sur la station de Val Thorens par le téléphérique de Thorens. Les piétons pourront ainsi accéder, sans effort, à 3200 mètres d’altitude et admirer une des plus belles vues des Alpes. Les piétons et vététistes pourront aussi s’arrêter à 2300 mètres d’altitude, à Plan Bouchet. Là-haut, balades accompagnées, pêche, restaurant et animations sont notamment au programme.

La Compagnie des Alpes s’apprête à acquérir MMV, le leader des vacances club en montagne

La nouvelle a été annoncée hier par communiqué. Après l’acquisition de l’agence de voyages en ligne Travelski en 20218, et de l’école de ski Évolution 2 en 2021, la Compagnie des Alpes pourrait bien mettre la main sur un des grands opérateurs des vacances en club dans les Alpes : MMV. La Compagnie des Alpes a en effet annoncé avoir remis une offre ferme aux actionnaires du groupe MMV en vue de l’acquisition de 85% de son capital. Les 15% restants seraient rachetés au président et au directeur 3 à 4 ans plus tard. Les actionnaires ont jusqu’au 29 juillet pour accepter l’offre. La transaction se ferait sur la base d’une valeur d’entreprise de 172,6 millions d’euros (pour 100% du capital) incluant la dette nette de 76,6 millions d’euros. Cette valorisation se décompose entre un montant de 78,4 millions d’euros correspondant à l’activité d’exploitation de MMV et un montant de 94,2 millions d’euros correspondant à l’activité immobilière qui rassemble les 6 actifs détenus en propre par MMV. Si elle aboutit, l’intégration des deux groupes n’interviendra que sur l’exercice 2022/2023. L’opération sera financée avec la trésorerie disponible de la CDA.

MMV exploite plusieurs hôtels et résidences club haut de gamme des Alpes, principalement orientés sur le produit ski tout compris. Dans le détail, le groupe exploite 10 hôtels clubs et 10 résidences clubs, dont une partie en pleine propriété. MMV est présent dans 16 stations, dont 6 stations sont gérées par la Compagnie des Alpes. En saison d’hiver, MMV emploie 1000 collaborateurs et exploite 11 500 lits touristiques. Le chiffre d’affaires du groupe s’élève à près de 75 millions d’euros portés à 90% par l’hiver. Le groupe prévoit 1 à 2 nouvelles structures par an au cours des 3 prochaines années.

La saison d’été s’annonce bonne

La saison d’été est « plutôt bien engagée » selon l’observatoire de l’agence Savoie Mont Blanc. Avec un taux d’occupation prévisionnel des hébergements marchands de 36%, les socioprofessionnels interrogés par l’agence de promotion du tourisme en Savoie et en Haute-Savoie « sont en très grande majorité tous optimistes ». Depuis le premier déconfinement, la montagne et les Alpes connaissent un regain d’intérêt de la part des Français, enrayant une baisse de fréquentation régulière depuis plusieurs dizaines d’années. À confirmer en septembre toutefois, car les réservations de dernière minute pèsent encore beaucoup dans les réservations.

Les trains directs entre Londres et la Tarentaise reviennent l’hiver prochain

Entre le 17 décembre 2022 et le 15 avril 2023, les trains Eurostar affrétés par la Compagnie des Alpes sous le label Travelski Express reprendront du service. Deux ans après la crise du COVID, ces trains relieront Londres Saint Pancras aux stations de Tarentaise. Les horaires seront ajustés avec un départ de Londres le samedi matin et un retour de nuit entre le samedi soir et le dimanche matin. L’an passé, les trains partaient le vendredi soir et revenaient le samedi matin. Comme l’an passé, le Travelski Express bénéficiera directement aux stations gérées par la Compagnie des Alpes (Val d’Isère, Tignes, Méribel, Les Arcs, Brides Les Bains, Les Menuires et La Plagne). D’autres stations pourraient toutefois intégrer l’offre. Les billets sont uniquement en  package avec hébergement, transferts et forfaits de ski, par Travelski, agence de voyages de la Compagnie des Alpes.

L’an passé, malgré un début de saison difficile, Travelski Express a transporté 5100 skieurs. Initialement, 2 Eurostar des Neiges par semaine transportaient sur une saison jusqu’à 30 000 Britanniques jusqu’aux pistes de Tarentaise. En liaison porte à porte, ce train permet à un Londonien de rejoindre les pistes en 8 heures à 9 heures, transferts compris, quand l’avion met environ 7h selon nos estimations*. Le bilan carbone de cette solution est toutefois 4,25 fois inférieur à la venue en avion selon le site Snowcarbon.co.uk.

*1h pour rejoindre l’aéroport, 1h30 d’attente à l’aéroport, 1h40 de vol jusqu’à Genève, 30 min pour les bagages, 2h30 de transfert minimum

Le projet Funiflaine suspendu

Le projet de remontée mécanique entre la vallée de l’Arve et Flaine en passant par le col de Pierre Carré semble tombé à l’eau. En cause officielle : la hausse des coûts des matériaux qui ferait prendre 30% de coût au projet, soit 130 millions d’euros, relate France Bleu. Le projet faisait aussi l’objet de critiques puisqu’il ne déversait pas la station des Carroz d’Arraches, n’était pas contraignant pour les automobilistes et non relié à une gare SNCF. De son côté, Saint-Gervais avance sur sa liaison, plus pertinente, entre la station et la gare SNCF.

Combloux obtient le label Flocon Vert

Et de 13 ! Le club des stations labellisées Flocons Verts s’élargit en avril 2022 avec l’arrivée de Combloux. Cette perle du Pays du Mont Blanc voisine de Megève mène une politique active en faveur d’un tourisme 4 saisons, de l’accessibilité handicapés et de la réduction des déchets. « En plein cœur des Alpes, juste face au MontBlanc […], alternant entre forêts et alpages, la commune d’environ 2000 habitants est réputée pour ses paysages à couper le souffle et ses activités de pleine nature. Avec une réelle envie de mettre la transition au cœur de sa stratégie, la destination s’est engagée avec succès dans la démarche Flocon Vert et, après avoir répondu favorablement à l’ensemble des critères » précise Mountain Riders, organisme indépendant qui gère le label.

Combloux rejoint ainsi le Grand Bornand, la vallée de Chamonix, les Rousses, Morzine Avoriaz, Châtel, les Arcs, Megève, Chamousse, Val Cenis, Valberg, les Angles et Saint François Longchamp.

Une saison d’hiver excellente, même pour le nordique

Selon un pré-bilan de la saison d’hiver publié par l’observatoire des stations de montagne, le taux d’occupation de la saison d’hiver 2021-22 (69%) a atteint celui de 2019-2020 (70 %), jugé excellent. Ces bonnes performances s’observent notamment dans la progression de la fréquentation des hébergements de particuliers, des hôtels, des Pyrénées et des stations de basse et moyenne altitude. Les villages club pont par contre particulièrement souffert, avec un taux de remplissage de 68% au lieu de 78% en 20192020 (sans doute en lien avec l’annulation de nombreuses classes de neige).

Si les vacances de Noël ont été en retrait, celles de février ont été en progression et la période de mars a été stable. L’augmentation de la clientèle française aurait ainsi compensé cet hiver la baisse de certaines clientèle long et moyens courriers.

En plus du retour du ski alpin, où l’activité est clairement de retour (+11,3% de chiffre d’affaires au premier trimestre VS 2018-2019 pour la CDA), de nombreuses activités sont également en croissance : raquettes, promenades, chiens de traineaux et ski de fond notamment. Avec un chiffre d’affaires national de plus de 14 millions d’euros, la filière nordique réalise ainsi son deuxième bilan historique après l’année record de 2020-2021.

Les stations CDA visent la neutralité carbone du produit ski

Après les mots, les actes. Dès la saison prochaine, les stations exploitées par la Compagnies de Alpes vont travailler activement à réduire et compenser une part de leurs émissions carbone directes. Dans le détail, la CDA annonce ce 25 avril le remplacement dès la saison prochaine du carburant des dameuses par du HVO, un carburant de synthèse fabriqué à partir de déchets de graisses et d’huiles végétales usagées. Ce substitut au diesel devrait réduire de 90% les émissions de CO² des dameuses et de 65% les particules fines émises. C’est, dès l’année prochaine, 72% du bilan carbone direct du ski qui devrait être neutralisé dans ces stations. A moyen terme, la compagnie travaille également avec CM Dupon, constructeur français de dameuses, sur un prototype de dameuse électrique et sur un prolongateur d’autonomie à hydrogène. Les 130 dameuses du groupe devraient être renouvelées d’ici 2030 en électrique, hydrogène ou hybride selon l’usage.

En parallèle, la CDA s’est engagée sur un partenariat sur 10 ans avec l’ONF pour planter ou replanter plus de 250 ha de forêts afin de neutraliser et compenser 45 000 tonnes de CO² sur les 30 prochaines années. Dès cette année, la CDA financera 50 hectares de reboisement en forêts domaniales de Savoie, Haute-Savoie et Hautes-Alpes, au plus proche de ses domaines skiables, et 50 hectares dans l’Oise à proximité du Parc Astérix.

Ces travaux consistent toutefois surtout à réduire les émissions directes de CO² des domaines skiables (scopes 1 et 2). Selon plusieurs études, ces dernières représentent uniquement 2% du bilan carbone des stations. Les principales émissions carbone viennent en effet de la venue des clients (voiture et avions) et du logement. C’est ce qu’on appelle le scope 3. Sur ce point, la CDA s’engage à investir dans des navettes électriques pour le transport en stations et tire un premier bilan positif du Travelski Express, ce train financé par la CDA en remplacement de l’Eurostar des Neiges. Cet hiver, malgré une saison tronquée pour les Britanniques, il aura transporté « l’équivalent de 80 vols en avion, pour une émission par visiteur plus de 10 fois inférieure. »

La CDA est un acteur majeur des stations et parcs de loisirs français. Elle exploite 10 domaines skiables en France par délégation de service public : La Plagne, Tignes, Val-d’Isère, Les Arcs –  Peisey-Vallandry, Morillon, Samoëns, Flaine, Méribel Alpina, les Menuires, Serre Chevalier. Elle détient également des participations à Chamonix, Megève, la Rosière, Avoriaz et Valmorel.

La saison de ski toujours sur une pente excellente

A l’occasion du Skidebrief, l’Association des Maires des Stations de Montagne (ANMSM) a confirmé l’avance de cette saison sur celle de 2019-2020 (qui partait pour être exceptionnelle avant le confinement). Fin mars, le taux d’occupation moyen de l’hiver était de 62,2% pour l’ensemble de la saison, en hausse de 0,5% par rapport à la saison 2019-2020. Comme souvent, la hausse est plus forte dans les Pyrénées et les Alpes du Sud que dans les Alpes du Nord (les volumes étant très différents, les variations y sont plus intenses). A noter que les hôtels ont retrouvé une belle croissance (+10%), tout comme les meublés de tourisme (+10%), à l’inverse des clubs de vacances et résidences de tourisme (-4%), sans doute plus dépendants aux flux internationaux et aux mesures restrictives liées au COVID.

Ramassage des déchets des skieurs : les premières dates connues

Stop Waste Tour par Yann Lamaison

Après une saison de ski très dynamique, il est temps de ramasser la montagne de déchets laissés par certains skieurs peu respectueux sous les télésièges et en bord de pistes ! De nombreuses stations avec l’aide de bénévoles s’engagent entre avril et septembre dans cette démarche réparatrice. Cette année, les premières opérations animées par Mountain Riders sont annoncées à ArêchesBeaufort (19 avril), Morzine (7 mai), Lans en Vercors (7 mai), Megève (14 mai), SaintPierredeChartreuse (21 mai), La Rosière (15 juin), Valberg (25 juin). En 2021, les 52 opérations de ramassage coordonnées par Mountain Riders avaient rassemblé 2850 volontaires et permis de ramasser 7,5 tonnes de déchets en montagne, composés à 45% de plastiques, déchet le plus présent en montagne.
Plus d’infos et inscription ici

Le masque toujours requis sur les remontées mécaniques fermées

Depuis lundi, le passe sanitaire n’est plus requis en station pour skier ou aller au restaurant. Toutefois, si la majeure partie des Français ont rangé leurs masques au placard, il reste obligatoire dans les transports et donc sur les remontées mécaniques hors téléskis et télésièges selon le texte de loi. Ceci risque de créer quelques incompréhensions lors de l’accès aux télécabines et téléphériques !

Retour haut de page