Accueil » Tous les articles » Alti-sport » Le ski de fond en chiffres

Le ski de fond en chiffres

Pratique de glisse secondaire par rapport au ski alpin, le ski de fond est principalement pratiqué par les clientèles de proximité. Pour de nombreux sites, les ventes dépendent principalement des forfaits saison, souvent vendus à l’automne. En 2021-22, le chiffre d’affaires du nordique était de 15,2 millions d’euros, en hausse de 55% par rapport à la moyenne des 5 années précédentes. La fermeture des sites alpins en 2020-2021 a accéléré le regain d’attrait de l’activité. Les Alpes du Nord et le Jura accueillent les principaux sites de pratique. On compte toutefois plus de 200 sites de ski de fond répartis dans toute la France.

Plus de 200 sites de ski de fond en France

La France compte environ 245 stations de ski de fond. Plus des 2/3 des stations de ski françaises possèdent un domaine de fond, parfois gratuit. Les 10 plus grosses stations de ski de fond en termes de fréquentation sont Savoie Grand Revard, Autrans-Méaudre, Les Rousses, Lacs et Montagnes du Haut Doubs, Mont Jura, le plateau de Beille, Bessans, les Saisies, l’espace Nordique du Sancy, et le plateau des Glières. Les plus grands domaines se trouvent dans le Jura : les Rousses (193 km de pistes reliées), la Chapelle des Bois (185 km de pistes reliées) et Haut Joux (183 km de pistes reliées). On trouve toutefois des sites de ski de fond dans des départements moins connus pour le ski comme la Drôme, l’Ardèche, la Loire et l’Ain… Plus de 10 000 kilomètres de pistes sont damés pour le ski de fond en France. Situés à plus basse altitude que les sites alpins, les sites de fond sont toutefois plus vulnérables au réchauffement climatique. Certains n’ouvrent pas chaque année.

15,2 millions d’euros de chiffre d’affaires, mais 225 millions d’euros de retombées

Les sites nordiques réalisent chaque année plus de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires. La tendance est durablement à la hausse, boostée par l’hiver COVID où les remontées mécaniques sont restées fermées. En 2021 – 2022, alors que les remontées mécaniques fonctionnaient, le chiffre d’affaires du nordique s’est élevé à 15,2 millions d’euros, en hausse de 55% par rapport aux 5 années ayant précédé la pandémie. Entre 2,5 et 4,5 millions de journées de ski ont eu lieu sur les domaines nordiques chaque hiver. C’est toutefois moins que les 53 millions de journées de ski que réalisent les domaines alpins français. Le chiffre d’affaires du nordique est une redevance. Il finance directement les communes supports, souvent de manière déficitaire. Selon une étude de 2020, 1 € de redevance génère toutefois 14,80 € de dépense sur le territoire. L’apport économique du nordique serait donc de 225 millions d’euros sur les territoires de montagne, contre 10 milliards revendiqués par les acteurs économiques des remontées mécaniques.

2,7 millions de pratiquants

En 2016, la France comptait environ 2,7 millions d’adeptes du ski de fond. 30% d’entre eux le pratiquaient pendant les vacances. Les femmes représentent 44 % des pratiquants. 26 % des fondeurs ont entre 50 ans et 70 ans, 40 % entre 30 et 49 ans et 35 % entre 15 et 29 ans. 51% des pratiquants viennent d’Auvergne, de Rhône-Alpes et d’Île-de-France. En Savoie et Haute-Savoie, départements avec de grandes stations, seulement 8% des vacanciers en séjour pratiquaient le ski de fond avant la pandémie.

Sources : Nordic France, Savoie Mont Blanc, DSF, Pole Ressource National des Sports de Nature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page