Accueil » Tous les articles » Alti-guide » Bilan carbone : nos idées pour voyager sans l’avion

Bilan carbone : nos idées pour voyager sans l’avion

Parce que le déplacement fait aussi partie du voyage ; parce que 5% à 10% des émissions de gaz à effet de serre viennent de l’avion ; parce que c’est complètement irrationnel de se déplacer dans le ciel avec une carcasse métallique ; parce que la culpabilité de votre bilan carbone vous gâche le voyage, vous avez (enfin) décidé d’arrêter l’avion… mais pas de voyager ! Aujourd’hui, sur Alti-MAG, alors que le mouvement flying less peine à décoller, on questionne les opportunités pour voyager… sans prendre l’avion !

Itinérance à vélo : quand le déplacement, c’est le voyage

Et si, au lieu de partir le plus rapidement possible vers des terres lointaines, votre objectif, c’était le déplacement ? Dans les Alpes, et ailleurs, on trouve des itinéraires qui permettent de traverser des régions magnifiques et de découvrir des paysages changeants. En van, en voiture ou en vélo (avec ou sans assistance), ces “roadtrip” seront sans doute autant chargés en émotions qu’un voyage des 5 jours à Madère !

Pour rester en France et visiter les Alpes par les routes historiques du Touring Club, direction La Route des Grandes Alpes. 720 km et 18 cols qui séparent le lac Léman de la mer Méditerranée, des verts alpages au bleu intense de la mer. Si ça ce n’est pas un voyage ! Découvrir sur le site web dédié.

> A lire : Et si vous traversiez les Alpes en vélo à assistance électrique ?

Moins haut et plus historique : la Route Napoléon. Cette ancienne route nationale relie Grenoble à Golfe Juan (et l’Île d’Elbe) par la basse Provence. Elle emprunte l’itinéraire que Napoléon aurait pris en 1815 afin de reprendre le pouvoir à Louis XVIII. Traversant les Alpes, puis la Provence, cette route est surtout un alibi pour découvrir les merveilles des préalpes du sud. Voir le site dédié

Difficile de parler itinérance dans les Alpes sans évoquer la Viarhona. Ce projet européen qui longe les Alpes (avec des variantes en création entre Annecy et Grenoble) vous propose de toujours de relier le Léman à la mer, mais par les berges du Rhône. Politiquement structuré, ce projet est plein de promesses, même s’il reste de nombreuses zones non sécurisées sur le parcours. Voir le site web

Mais nous, dans le voyage, ce qu’on préfère, c’est la préparation. Et quoi de plus beau comme itinéraire que celui que vous aurez inventé ? Pourquoi par exemple ne pas relier les grands lacs des Alpes françaises en vélo ? Léman, Annecy, Bourget, Aiguebelette, Paladru, Chambon, Serre-Ponçon, Sainte-Croix… Ou les lacs Italiens ? Ou encore, découvrir les beaux spas des Alpes ?

Partout ailleurs, de nombreux projets de véloroute se mettent en place en Europe, parmi lesquelles la Loire à vélo ou encore l’EuroVelo 3 qui reliera la Norvège à Saint-Jacques de Compostelle.

>> Livre à lire : Les grands itinéraires en vélo (lien Decitre)

Le train : le mode de déplacement le plus neutre en carbone

On connaît bien entendu l’Orient Express, ce train-hôtel de luxe qui, à la fin du XIXème siècle assurait la liaison entre Paris et les grandes capitales européennes. Si le confort a un peu évolué, il est tout à fait possible de parcourir l’Europe en train (de nuits ou de jour). L’Interrail Pass permet ainsi de voyager dans un ou plusieurs autres pays 100% en train. Vous choisissez en premier lieu entre un ou plusieurs pays, puis le nombre de jours de voyage et votre pass vous donne accès à plus de 40 000 gares, y compris via l’Eurostar. Un peu complexe, ce produit plutôt méconnu est bien expliqué sur le site dédié.

Dans les Alpes, la majorité des vallées est accessible par le train. Depuis la gare, des taxis et des navettes peuvent vous emmener en stations ou votre village de montagne. La majorité des trains acceptent les vélos. L’occasion de coupler train + vélo, pour un déplacement 100% green.

Certaines stations possèdent leur gare ou sont reliées à une gare. C’est le cas de Briançon, Bourg-Saint-Maurice Les Arcs, Saint-Gervais et Chamonix notamment. Si vous cherchez l’animation d’une destination touristique, c’est l’option à privilégier. Si vous cherchez l’introspection, l’itinérance à pied est faite pour vous !

Voyager à pied pour mieux appréhender les lieux

S’il est bien une énergie verte, c’est celle de vos jambes. Pour vous sentir en lien avec la nature, vous reconnecter, le temps d’un séjour, l’itinérance à pied est une option de choix ! Entre les chemins de grande randonnée et les tours de pays, de nombreuses options s’offrent à vous.

En version nature intacte et méconnue, nous vous recommandons le Tour de la Lauzière en Savoie : un itinéraire 100% slow tourisme. En 5 étapes avec 3 nuitées dans des chalets non gardés, cet itinéraire est également réalisable sans voiture au départ de la gare de La Chambre en Maurienne. Le massif de la Lauzière est une petite chaîne de montagnes encore sauvages composées de beaux pics située dans l’axe de la chaîne du Mont-Blanc. La zone est classée Natura 2000.

Juste à côté, dans le prolongement géologique de la Lauzière, le massif de Belledonne est aussi un lieu étonnant, sauvage et calme. On y trouve 2 stations de ski, mais qui ne troubleront pas le tracé de la Haute Traversée de Belledonne, un itinéraire de haut vol en 11 étapes qui vous emmènera, là aussi, de chalet en refuges, de lacs en sommets à la découverte d’une nature intacte et pourtant fragile.

Plus emblématique, le  tour du Mont-Blanc est un classique, non moins exigeant, que certains font en courant. Ce tour entre France, Suisse et Italie est plus fréquenté que ceux précédemment mais ses paysages sont aussi uniques et menacés. Si pour vous voyager, c’est aussi découvrir d’autres cultures, c’est la meilleure option en traversant 3 pays, à la culture alpine forte !


A l’image de la Route des Grandes Alpes, le GR5 traverse lui aussi les Alpes du nord au sud. En près de 40 étapes sur 650 kilomètres et 30 000 mètres de dénivelé positif, c’est le Compostelle des Alpes. Longeant régulièrement la frontière italienne, on est là sur un classique où vous où toucherez à l’essence de ce massif en un bel exploit sportif.

S’arrêter… pour ne rien faire !

Et si voyager, c’était aussi s’arrêter ? Mais vraiment s’arrêter ! Ne pas visiter tel ou tel endroit pour le mettre sur check-list, pour “l’avoir fait” ? Et si vous vous posiez uniquement, dans un chalet en montagne, sur les bords d’un lac, dans une cabane ou en mode bivouac ? Et si vous vous arrêtiez 10 jours dans un refuge en altitude avec dans votre baluchon une bonne polaire et 10 livres que vous rêviez de lire ?

Si vous deviez partir demain, on vous conseillerait :

>> A lire : 10 refuges accessibles en famille

Partir loin… à deux pas de chez vous

Connaissez-vous vraiment la France, la Suisse, l’Italie ? Pourquoi prendre l’avion à l’autre bout du monde quand le dépaysement est accessible en train ou en voiture ? Les Alpes regorgent de lieux uniques et totalement dépaysants :

La liste serait sans fin tant les parcs naturels, les lacs, les vallées alpines et les populations locales recèlent des richesses innombrables.

Recevoir la newsletter d'Alti-MAG

Les derniers articles d’Alti-MAG dans votre boite mail une fois par semaine !

Voir le formulaire d'abonnement

A lire également :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.