Un nouveau Club Med par an dans les Alpes : où vont ouvrir les prochains ?

Le 17 décembre, un Club Med flambant neuf ouvrira ses portes à Samoëns. Le 6 septembre dernier, un parterre d’élus et de personnalités de la montagne posaient la première pierre d’un Club Med déjà bien avancé aux Arcs. Son ouverture est prévue en décembre 2018. Pour 2019, c’est à Tignes Val Claret que le Club ouvrira un nouveau “resort”. “Une nouvelle ouverture par an jusqu’en 2020”, une montée en gamme et la création de complexes de grande envergure… Tel est le nouveau créneau du Club dans les Alpes… Une posture très volontariste pour séduire les clients et redresser les finances du groupe… en 2016, les finances sont repassées au vert.

Valmorel, Val Thorens, Samoëns, Les Arcs, Tignes…

nouveau club med de Samoens
nouveau club med de Samoens

Après Valmorel en 2011 puis Val Thorens en 2015, le 17 décembre 2017 verra l’ouverture du tout nouveau Club Med de Samoëns : 423 chambres pour un investissement de 96 millions d’euros. Aux Arcs, c’est un resort 4 Tridents avec un espace luxe 5 Tridents qui ouvrira l’hiver prochain. Avec plus de 1000 lits touristiques répartis en 434 chambres, ce sera le plus grand Club Med des Alpes (source). L’investissement avoisinera également les 100 millions d’euros. Ces quatre nouveaux “resorts” créés dans les Alpes traduisent la volonté du Club de développer une nouvelle logique de développement basée sur plusieurs piliers :

  • La montée en gamme, fer de lance d’Henri Giscard d’Estaing pour sortir le Club de ses pertes financières.
  • L’intégration d’une logique de tourisme industrielle pour atteindre un seuil de rentabilité suffisant par site. De cette logique vient la fermeture de nombreux Clubs des Alpes (les anciens de Val Thorens, les Arcs, Chamonix en 2018…)
  • La création d’un nouveau Club Med par an ouverts 6 mois dans l’année en hiver et en été afin de booster la rentabilité et la notoriété du groupe.

Où vont ouvrir les prochains Club Med dans les Alpes ?

Pour l’avenir, rien n’a encore été annoncé par le Club. Des noms circulent, évoqués soit par les communes, soit par le Club Med. Ainsi, pour remplacer le Club Med de Chamonix, l’option Saint-Gervais semble avoir été étudiée. D’autres stations semblent également avoir des discussions sérieuses avec les cadres du Club. Après Tignes, le village de l’Alpe d’Huez pourrait être rénové et agrandi. On évoque également souvent le nom de Valloire, en Maurienne. Des études seraient également en cours à Avoriaz et aux 2 Alpes. Dans cet article, Le Dauphiné évoque également la piste de La Rosière. Et comme les Alpes ne se limitent pas à la France, le Club, qui compte déjà plusieurs villages en Italie, serait également en négociation avec San Secario. Bien sûr, toutes ces stations n’auront pas leur Club. On imagine donc aisément que les plus offrantes seront les gagnantes ! il faudra également s’attendre à des fermetures d’établissements 3 tridents dans les années à venir. A Chamonix, le Club (pourtant 4 tridents) fermera en 2018.

Un modèle de développement ultra capitalistique

A Samoëns, les murs ont été construits par Foncière des Régions et les Assurances du Crédit Mutuel puis loués au Club Med pour un bail de 12 ans (source). Le groupe Crédit Mutuel est également propriétaire des murs des Club Med de Val d’Isère, La Plagne, Peisey Vallandry et Opio en Provence. Aux Arcs, les investissements de près de 100 millions d’euros seront portés par la Foncière Hôtelière des Alpes, la Caisse des Dépôts et Consignations, le Groupe Crédit Agricole des Savoie, le Groupe Caisse d’Epargne Rhône Alpes et la Banque Populaire Auvergne-Rhône Alpes. Cette course à l’ouverture d’un nouveau Club par an conjuguée à une montée en gamme rapide commence à porter ses fruits. En 2016, les actionnaires ont pour la première fois depuis de nombreuses années touché des dividendes.