Accueil » Tous les articles » Alti-actus » Tour de France 2021 : Alpes en mise en bouche, Pyrénées en digestif

Tour de France 2021 : Alpes en mise en bouche, Pyrénées en digestif

Une fois n’est pas coutume, cet été le Tour de France ne se terminera pas par les durs cols des Alpes. Et c’est bien du côté des Pyrénées qu’il faudra chercher les pentes qui départageront les meilleurs coureurs du Tour 2021. Programmé dès fin juin, pour ensuite laisser la place aux Jeux Olympiques, le Tour aura lieu du 26 juin au 18 juillet.

Les Alpes en mise en bouche

Après une semaine de plaine, propice aux arrivées en sprint, au départ de la Bretagne, le Tour abordera les Alpes dès le 3 juillet, au 8ème jour de course, pour seulement 3 étapes. On imagine bien ici des échappées solitaires puisque le classement général ne se jouera sans doute pas si tôt.

La première étape aura lieu entre Oyonax et le Grand-Bornand. A cette occasion, le peloton parcourra 151 km bien accidentés, passant 5 côtes comptant pour le classement de la montagne : la côte de Copponex (6,5 km à 4,4%), la côte de Menthonnex (2,8 km à 4,9%), la côte de Mont-Saxonnex (5,7km à 8,3%), le col de Romme (8,7 km à 9,4% et le col de la Colombière (7,3 km à 8,7%).

Le lendemain, le parcours emmènera les coureurs de Cluses à Tignes par de vraies routes de montagne. Pas moins de 5 grands cols sont au programme : la côte de Domancy (un classique dur du Tour avec ses 2,5 km à 9,7%), le col des Saisies (9,5 km à 6,2%), le col du Pré (13,1 km à 7,4%) suivi du Cormet de Roselend (5,8 km à 6,3%) et enfin la longue montée de Tignes (21,1 km à 5,6%).


Lundi 5 juillet aura lieu la première journée de repos du Tour à Tignes.

Le lendemain, les coureurs feront la liaison entre Albertville et Valence sur 190 km de routes bien plates où la vitesse devrait être impressionnante, avec les Alpes en toile de fond. Seules 2 côtes sur le parcours : les cols de Couz et de la placette, deux montées régulières du massif de la Chartreuse qui devraient permettre le départ de quelques échappées. Le final sera sans doute dévolu aux sprinters tant les 100 derniers kilomètres sont en légère pente.

Mercredi 7 juillet, entre Sorgues et Malaucène, le Tour retrouvera l’extrême sud des Alpes en escaladant par 2 fois le Mont Ventoux sur une étape de 199 km. Après la montée du col de la Liguière (9,3 km à 6,7%), les coureurs aborderont le Ventoux par Sault (24,3 km à 5%), puis par Bédoin (la montée classique – 15,7 km à 8,8%). L’arrivée sera jugée en bas, à Malaucène.

Suivront ensuite 3 étapes de plaine pour rejoindre Quillan et s’attaquer aux dures pentes des Pyrénées pendant 4 jours. déjà l’étape Carcassonne > Quillan, clairement accidentée, sera le prémisse des difficultés à venir. Pas moins de 6 côtés et cols seront au programme de cette étape qui se déroulera quasi intégralement dans le département de l’Aude. Au programme de cette étape de 183 km : le col du bac (3,1 km à 5,3%), le col de Montségur (4,3km à 8,7%), le col de la Croix des Morts (6,8 km à 5,7%), la côte de Ganigague (2,2 km à 9%) et le col de Saint-Louis (4,7 km à 7,4%).

Le Tour 2021 se jouera dans les Pyrénées

La première vraie étape Pyrénéenne aura lieu entre Céret et Andorre la Vieille. Une belle étape sous le soleil des Pyrénées-Orientales qui verra le peloton remonter la vallée de Conflant, avant de traverser la Cerdagne et passer le col de Puymorens pour accéder à la principauté d’Andorre. Au programme du trophée de la montagne : la montée de Mont-Louis (8,5 km à 5,7%), le col de Puymorens (5,8 km à 4,7%), le Port d’Envalira (10,7 km à 5,9%) et le col de Beixalis (6,4 km à 8,5%). Le lendemain, lundi 10 juillet, les coureurs resteront en Andorre pour la seconde journée de repos.

La seconde étape Pyrénéenne aura lieu entre le Pas de la Case (en Andorre) et Saint-Gaudens. Sur 169 km, les coureurs passeront le col de Port (11,4 km à 5,1%), le col de la Core (13,1 km à 6,6%), le col du Portet-d’Aspet (5,4 km à 6,9%) et la côte d’Aspret-Sarrat en final (850 mètres à 8,4%). Une étape idéale pour les baroudeurs.

Le 14 juillet serra un feu d’artifice d’altitude avec pas moins de 3 grandes difficultés à l’ordre du jour. Après 100 km de plaine, le peloton devra ainsi passer le col de Peyresourde (13,2 km à 7%), le col de Val Louron (7,4 km à 8,4%) et finir par le col du Portet à Saint Lary (16 km à 8,7%).

La dernière étape Pyrénéenne reliera Pau à Luz Ardiden en passant par 2 côtes et 2 cols hors catégorie. 10 km après le départ, les coureurs escaladeront la montée de Notre-Dame-de-Piétat (2,6 km à 5,6%). 44 km plus loin, autre petite difficulté propice aux attaques : la côte de Loucrup (2 km à 7%) avant de s’attaquer au km 94 au col du Tourmalet (17,1 km à 7,3%). Le final se jouera au sommet avec la montée à Luz Ardiden (13,3 km à 7,4%).

Après cela, les coureurs fileront sur le Bordelais pour une étape à plat jusqu’à Libourne et une avant dernière étape en contre-la-montre individuel entre Libourne et Saint Emilion. La traditionnelle dernière étape se jouera entre Chatou et Paris le 18 juillet.

Illustration : Mont Ventoux par BlueBreezeWiki Licence CC BY-SA 3.0

Recevoir la newsletter d'Alti-MAG

Ce contenu vous plait ? Recevez gratuitement chaque semaine la newsletter d'Alti-Mag : les derniers articles publiés sur le site directement dans votre boite mail !

Voir le formulaire d'abonnement

A lire également :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page