Accueil » Tous les articles » Alti-actus » Ski & COVID 19 : à quoi pourrait ressembler la saison 2020-2021 ?

Ski & COVID 19 : à quoi pourrait ressembler la saison 2020-2021 ?

Elle aura lieu dans plus de 4 mois mais déjà la saison d’hiver à venir fait l’objet de toutes les inquiétudes. Si la clientèle étrangère sera certainement en baisse, les mesures sanitaires permettront-elles de skier ? Pour l’heure, si les ventes de premières minutes sont lancées, les hébergeurs semblent encore focalisés sur leur saison d’été.

Vers des conditions d’annulation souples ?

Depuis le mois d’avril, la grande majorité des hébergeurs a mis en place des conditions d’annulation très souples, avec ou sans surcoût. En cas de reconfinement local, d’impossibilité de se déplacer et parfois même sans raison particulière, les séjours peuvent être annulés à J-15, voire J-10. Pour l’heure, ce genre d’offre semble peu proposé pour les vacances au ski. Ces ventes sont traditionnellement lancées en début d’été mais débutent réellement en septembre/octobre. Sur son site, le groupe Odalys offre toutefois dans le cadre de ses ventes premières minutes la garantie neige, l’assurance annulation et les frais de dossiers. Vous pourrez ainsi réserver votre semaine pour nouvel an, une des semaines les plus chères de la saison, pour 705 € la semaine à Autrans, 800 € la semaine à Valmeinier et 815 € la semaine à Vaujany. Le site spécialiste Ski Planet liste également des résidences proposant une annulation sans frais jusqu’à J-15 si la réservation est effectuée avant le 30 septembre.

Quand réserver ses vacances au ski ?

A partir de maintenant et jusqu’à fin septembre ou fin octobre, les hébergeurs proposent des ventes en “première minutes” ou “early booking” très avantageuses. Pour le moment, nous l’avons vu, tous les opérateurs n’ont pas encore intégré des conditions d’annulation souples pour cet hiver. Toutefois, lors du premier confinement, le remboursement, avec des avoirs, avait été rendu obligatoire. Le risque semble donc faible à ce jour et l’intérêt de bénéficier de bons prix est lui bien présent. Toutefois, si la fréquentation s’avérait fortement en baisse cet hiver, réserver en ultra dernière minute (moins de 3 jours avant votre départ) pourrait vous faire bénéficier de conditions exceptionnelles.

Quel protocole sur les remontées mécaniques ?

On ne peut à ce jour préjuger du protocole sanitaire en vigueur en décembre prochain dans la branche des transports… A ce jour, les protocoles mis en place cet été sur les remontées mécaniques ont été les suivants :

  • La distanciation est incitée dans les files d’attente
  • Du gel hydroalcoolique est à disposition en différents points (caisses et départs des remontées mécaniques).
  • Le port du masque dans les files d’attente et sur les remontées mécaniques est obligatoire à partir de 11 ans, sauf sur les téléskis.
  • Les appareils (cabines notamment) sont nettoyés régulièrement

Le débit des remontées mécaniques et le nombre de personnes embarquées ne sont par contre pas réduits. Selon l’évolution épidémique, ce protocole sera éventuellement allégé ou alourdi (limitation du nombre de personnes transportées).

Moins d’étrangers en stations de ski ?

Circulation virale active ou faible, crise économique modérée ou forte, quoi qu’il en soit les déplacements internationaux seront en baisse cet hiver. Nous ne connaissons simplement pas l’ampleur de la baisse. Ainsi, la semaine dernière, l’Association internationale du transport aérien n’envisageait pas un retour à la normale pour l’aérien avant 2024. Certains transporteurs commencent d’ailleurs à anticiper cette baisse de la demande. C’est le cas d’Eurostar qui a annulé cet hiver les Eurostars des neiges entre Londres et la Tarentaise.

Début juin, les voyagistes et les hébergeurs de montagne interrogés par l’observatoire G2A anticipaient une baisse de fréquentation de l’ordre de 21% à 26% pour l’hiver à venir. Toutefois, contrairement à l’Autriche ou la Suisse, la France a toutefois un avantage de taille : 27% de sa clientèle est étrangère, quand c’est 66% de la clientèle Autrichienne et 46% en Suisse qui vient d’un autre pays. Cette base nationale devrait assurer une part de la résilience du modèle français. Si les français partant traditionnellement à l’étranger devaient se reporter sur les stations, comme c’est le cas cet été, la baisse inévitable pourrait bien être légèrement amortie.

Illustration : webcam de Val d’Isère le 15 mars, après fermeture des pistes

Recevoir la newsletter d'Alti-MAG

Les derniers articles d’Alti-MAG dans votre boite mail une fois par semaine !

Les derniers articles d’Alti-MAG dans votre boite mail !

Voir le formulaire d'abonnement

A lire également :

2 réflexions sur “Ski & COVID 19 : à quoi pourrait ressembler la saison 2020-2021 ?”

  1. Certes le virus sera présent, mais mettre du gel aux attentes des remontées cela sera très pratique du fait des gants, mais en plus porter le masque cela devient ridicule, stocké dans la poche, se contorsionner afin de le récupérer, aider les enfants à le mettre…
    Se protéger ainsi que les autres cela à du bon sens mais attention à l’hyper protection qui frise le ridicule.

  2. Très bonne idée le masque dans les remontées, faudra juste nous expliqué comment le mettre en moins de 10 minutes avec les gants, l’écharpe, le casque… bref on bascule dans le n’importe quoi et sinon on a le droit de vivre à moins que la vie se résume à mettre un frein à notre liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.