Accueil » Tous les articles » Alti-actus » Un jardin en permaculture de 2000 m² en projet dans les Alpes à 1950 mètres d’altitude

Un jardin en permaculture de 2000 m² en projet dans les Alpes à 1950 mètres d’altitude

Le projet a été annoncé cette fin d’été mais ce ne sera effectif qu’en 2020. Le chalet d’altitude “Chez Pépé Nicolas”, situé au cœur des 3 Vallées, à Les Belleville disposera l’été prochain de son jardin en permaculture. D’une superficie de 2000 m², ce dernier permettra d’alimenter une partie des cuisines du restaurant en légumes, plantes aromatiques et fleurs décoratives. Il aura également une vocation pédagogique pour les visiteurs du restaurant, ouvert en été comme en hiver. Situé à 1 950 mètres d’altitude, le jardin bénéficiera d’une période de pousse réduite et devra travailler des espèces rustiques. Il est toutefois assez courant en montagne d’avoir des potagers rustiques autour des chalets d’alpage.

Chez Pépé Nicolas est un restaurant d’altitude situé entre Val Thorens et les Menuires sur la commune des Belleville, en Savoie. Plus qu’un restaurant, Pépé Nicolas est également une ferme pédagogique sur la vie et la production agricole en “montagnette”, ces chalets d’alpage où les gens de la vallée montaient en été. La ferme produit du fromage, élève des animaux et possède déjà un potager alpin avec des espèces adaptées : choux, pommes de terre, génépi, hysope, camomille, céleri, framboises, groseille…

Le jardin potager pédagogique de #chezpépénicolas. L’année prochaine on vous réserve des surprises au jardin!!

Publiée par Chez Pépé Nicolas, Restaurant sur Mercredi 24 juillet 2019

La permaculture est un mot issu de la contraction de “permanente” et de “culture”. Souhaitant renouveler les principes de l’agriculture (mais pas que de l’agriculture), la permaculture consiste à concevoir les activités humaines en s’inspirant des systèmes naturels. Autrement dit, appliquée à l’agriculture, la permaculture cherche à limiter les intrants et à créer des systèmes le plus possible autosuffisants. Les sols sont amendés en surface en matières organiques (produite sur place) et peu ou pas retournés. La culture se fera le plus possible en buttes ou en planches plates avec paillage et associations de cultures pour éviter les maladies. Les permaculteurs refusent bien souvent l’utilisation des énergies fossiles et la mise à nu des sols. Cette conception s’oppose à l’agriculture intensive, bien plus que l’agriculture biologique, qui ne refuse que l’utilisation des pesticides. Ces dernières années, la permaculture a souvent été présentées comme une solution pour lutter contre le changement climatique grâce à ses capacités à stocker du carbone et à réintroduire une agriculture maraîchère en ville.

Photo : Pépé Nicolas – © cécile bouchayer via APIDAE

Recevoir la newsletter d'Alti-MAG

Les derniers articles d’Alti-MAG dans votre boite mail une fois par semaine !

Voir le formulaire d'abonnement

A lire également :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies pour mesurer son audience et pour adapter votre expérience de navigation (préférences, publicités...). Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer