Avoriaz, station du plan neige

Le Plan Neige : quand l’Etat réinventa la station de ski

De 1964 à 1977, l’Etat créa avec le plan neige plus de 20 stations de ski dans les Alpes. Un modèle d’aménagement à la française influencé par la doctrine moderne. Les stations doivent être rationnelles, fonctionnelles et efficaces. Un modèle unique qui donna à la France sa place leader du tourisme de neige au monde. Décryptage.

Courchevel ou l’invention de la station planifiée d’altitude

En 1948, le département de la Savoie décide de créer une station de toute pièce sur la commune de Saint Bon. Ce sera Courchevel, un projet qui, à l’origine, se destinait à devenir une destination de ski pour tous. Maurice Michaud, ingénieur des Ponts et Chaussées, aidé du futur urbaniste de la station, Laurent Chapis identifièrent rapidement les Trois Vallées comme un site stratégique. Chapis dressa les plans et le concept de station laissant tout en l’encadrant les constructions aux privés. Il invente « la grenouillère » ou front de neige, sorte de place du village du ski. Tout y converge : remontées mécaniques, habitations et commerces. C’est, à l’image de la plage sur le littoral, le lieu de vie d’une station de ski.

La Plagne ou le modèle de la station intégrée

En 1963, avec la création de La Plagne naît une nouvelle conception de la station : véritable paquebot des neiges, c’est l’illustration de la pensée moderne appliquée au tourisme en montagne. L’architecture se veut fonctionnelle, rationnelle et utile. La station dite  « intégrée » est conçue pour le bien être d’un touriste standardisé : de petits appartements destinés seulement aux temps de sommeil, de gros bâtiments répartissant au nord la circulation automobile et au sud, la grenouillère, lieu de vie et d’activités. Au rez de chaussée des bâtiments, on trouve une galerie commerciale, considérée comme la rue centrale de la station abritée des intempéries et accessible depuis les appartements sans devoir passer par l’extérieur.

Aime 2000 à La Plagne, une des grandes stations du plan neige. Par A.Munich, Licence CC, Flickr
Aime 2000 à La Plagne, Paquebot des Neiges. Par A.Munich, Licence CC, Flickr

Le Plan Neige : Les années folles de l’aménagement

Voulue par les pouvoirs publics et déléguée à des privés, La Plagne sera de 1963 à 1977 le modèle de création des stations des Alpes du Nord. Sous la main de Maurice Michaud, devenu directeur du CIAM devenant le SEATM en 1970, la branche aménagement en montagne de l’Etat français, ce dernier lance le Plan Neige : 15 années folles d’aménagement avec pour objectif la création de 350 000 nouveaux lits touristiques en station. L’objectif était d’attirer une clientèle aisée française et étrangère pour palier à l’exode rurale et faire de la France une destination leader en matière de tourisme de neige. Pari réussi avec la création des plus grandes stations actuelles : La Plagne, Avoriaz, Isola 200, Valmorel, Les Menuires, Val Thorens, Meribel, Flaine, Les 7 Laux…

Avoriaz, la station sans voitures conçue par Jacques Labro, Par Shinobi32768, Licence CC, Flickr
Avoriaz, la station sans voitures conçue par Jacques Labro, Par Shinobi32768, Licence CC, Flickr

Le discours de Vallouise et la fin de l’autoritarisme

Toute les stations du plan neige ont été créées par autorité de l’Etat et souvent au mépris des populations locales, sans concertations ni études préalables. En 1977, lors du discours de Vallouise, Valérie Giscard Destin, président de l’époque met fin au Plan Neige et proclame la spécificité de la montagne. Les stations ne seront plus créées en site propre et devront faire l’objet d’autorisations. En parallèle, les prises de conscience environnementales et le ralentissement de la croissance de la demande ski auront raison de cette grande entreprise moderne.

Les résidences de tourisme : une présence de l’Etat sans contrôle

Néanmoins, l’Etat ne se désengagera jamais vraiment de la montagne. D’autorité d’aménagement, il passera à un rôle de facilitateur d’investissement en votant des lois de défiscalisation pour les petits investisseurs achetant des appartements en stations de ski dans le cadre de résidences de tourisme. Dans un marché du ski mature, il va faciliter un nouveau visage des stations de ski en créant, souvent autour des stations intégrées, des périphéries à l’architecture standardisée, au style chalet plus ou moins réussi.

Vidéo : Roger Godino interviewé par France 3 en 1977